Une mobilisation historique !

La journée d’action a été massivement suivie sur l’ensemble du réseau Espagne :

Alicante : 55% de grèvistes parmi les résidents du secondaire, 54% parmi les résidents du primaire.

Barcelone : 70 % de grévistes parmi les résidents du secondaire, ainsi que 10% des recrutés locaux. 100 % en élémentaire, 58% en maternelle (résidents et recrutés locaux, 83% des résidents pour la maternelle). 89% des résidents en grève à l’école Lesseps.

Bilbao : 67 % de grévistes dans le secondaire. Dans le primaire, une mission d’inspection de l’IEN était prévue ; la FSU Espagne avait dénoncé auprès du COCAC le maintien de cette mission d’inspection, 2 collègues étaient tout de même en grève.

Madrid : 78 % de grévistes parmi les résidents du secondaire, ainsi que 57 % parmi les recrutés locaux.  99 % de grévistes dans le 1er degré.

Malaga : 92 % de grévistes parmi les résidents dans le secondaire, 83,3% des résidents du primaire.

Villanueva : 90 % de grévistes parmi les résidents du secondaire, ainsi que 40 % des recrutés locaux, 100% des résidents du premier degré et 75% des recrutés locaux.

À Madrid, une audience auprès de l’Ambassadeur avait été demandée, une audience avec le COCAC a été accordée. Une soixantaine de collègues se sont rassemblés dans l’enceinte de l’Institut et ont obtenu un échange avec le COCAC pendant plus d’une heure, avant qu’une délégation comprenant les 3 collègues touchées par les refus de renouvellement de détachement soit finalement reçue par l’Ambassadeur. Le caractère exceptionnel de cette mobilisation et l’ampleur des préoccupations ont été visibles.


Outre ses interventions sur les situations individuelles, la délégation a argumenté sur la nécessaire défense de l’opérateur public, et de la présence de fonctionnaires pour structurer le réseau. Elle a également dénoncé la politique de « redéploiement » opérée par l’AEFE (qui se traduit par la poursuite des suppressions de postes en Espagne) ainsi que la décision de l’AEFE de mettre fin aux résidentialisations sur rompus de temps partiels.

Ailleurs dans le réseau de nombreux mouvements ont également été très amplement suivis comme en rend compte le SNES Hors de France ici.

Cette mobilisation historique montre bien la détermination des personnels pour que cessent ces décisions de refus de renouvellement de détachement et plus généralement pour la défense du statut de résident véritable ossature de l’opérateur public AEFE.

img-20170209-wa0003

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s