Pétition intersyndicale pour un autre collège 2016

Publicités

Tous en grève le 3 février 2015 !

Appel du SNES Hors de France :

Le SNES-FSU appelle, avec les syndicats de la FSU, à une journée de grève dans l’Éducation. Sur le plan national, l’ensemble des personnels est appelé à se mobiliser notamment pour l’Éducation prioritaire, les conditions de travail et salariales ou la formation.

A la Mission laïque française, le dialogue social suivi d’effets concrets fait défaut, tout comme le respect du droit syndical.

Dans le réseau AEFE, les personnels ne sont pas épargnés par les dégradations importantes liées à ces questions. L’insuffisance de la dotation ministérielle ne permet pas de faire face à une situation sur laquelle nous alertons depuis maintenant plusieurs exercices budgétaires. Citons l’exemple du plafond d’emploi : qu’on parle des personnels détachés ou des recrutés locaux des établissements à gestion directe, son blocage pèse lourd dans un réseau où les attentes sont toujours plus fortes et le nombre d’élèves de ne cesse d’augmenter.

Si le gel du point d’indice depuis 2010 dans la Fonction publique a généré le déclassement salarial de nos collègues titulaires, l’insuffisance de l’enveloppe budgétaire liée à l’indemnité spécifique de vie locale (ISVL), ou le refus de prendre en compte les revendications de la FSU concernant l’avantage familial des résidents, aggravent la situation. Elles génèrent également des blocages sur les négociations salariales des personnels de droit local, dans le cadre du dialogue social.

Récemment, les personnels ont été choqués des fins de détachement et de contrats, entérinées pour quatre de nos collègues résidents. Choqués et indignés parce que les règles fondamentales du paritarisme n’ont pas été respectées, pas plus que ne l’a été d’ailleurs le cadrage lié à ces opérations administratives de renouvellement de détachement. Le SNES-FSU, qui a quitté cette CCP centrale, ne peut accepter de telles dérives arbitraires qui portent atteinte aux personnels, mais également au fonctionnement de l’Établissement public. Vu le contexte et les conditions dans lesquelles se sont déroulées les opérations liées à ces renouvellements, ces décisions n’auraient pas dû être prises dans ce sens. Entachée d’arbitraire aussi, la décision de fin de mission anticipée pour notre collègue de Rio.

C’est cela aussi qu’exprimeront les personnels le 3 février, avec le SNES-FSU, par la mobilisation et l’action syndicale. Le SNES-FSU souhaite que des suivis concrets soient engagés sur l’ensemble de ces dossiers, et se tient prêt à des réels échanges sur ces questions, ainsi que sur les situations individuelles des personnels gravement touchés professionnellement comme personnellement par les non renouvellements de détachement et de contrat qui ont été validés.

 

TOUS en grève le 3 février 2015, avec le SNES et les syndicats de la FSU !

Arrêté avantage familial : deux mois de retard, c’est trop ! Action syndicale !

Deux mois après la rentrée et bien que le SNES-FSU hors de France ait alerté l’Agence dès le Groupe de Travail ISVL du 3 septembre, l’arrêté fixant les montants de l’avantage familial pour 2014-2015 n’est toujours pas paru ! Ce retard aura pour conséquence un différentiel inacceptable pour les personnels résidents puisque les frais de scolarité qui leur sont demandés ont bien été actualisés au 1er septembre, eux…

L’an dernier déjà, l’arrêté avait été publié le 26 septembre et prenait effet le 1er octobre, engendrant pour le mois de septembre un avantage familial inférieur au montant des frais de scolarité, situation contraire au droit ! Dans plusieurs établissements, les personnels résidents, soutenus par le SNES et le SNUipp-FSU Espagne et Hors de France, avaient décidé de ne pas payer la différence, en faisant valoir l’article 4 du décret 2002-22 qui stipule que l’avantage familial  « ne peut en tout état de cause être inférieur, par enfant, aux montants des frais de scolarité ».

Cette année, le retard pris par l’Agence non seulement se reproduit, mais s’aggrave… Plus de deux mois ! Sur le même principe que l’an dernier, le SNES-FSU Espagne appelle à l’action syndicale et invite les collègues concernés à décider collectivement dans chaque établissement de déduire cette somme de la facture si ce n’est pas fait directement par les intendants ! 

Le SNES-FSU rappelle en outre que, toujours selon le décret 2002-22, l’avantage familial ne devrait pas se borner à couvrir les frais de scolarité, mais « est destiné à prendre en compte les charges de famille des agents » ; le SNES-FSU continue à revendiquer un forfait de 90€ mensuels par enfant en Europe pour compenser l’absence de versement, à l’étranger, du supplément familial de traitement (SFT) et prendre en compte ces charges de famille.

Vous trouverez en suivant ce lien le courrier du SNES et du SNUipp-FSU Espagne adressé dès le 18 septembre à Monsieur le Conseil culturel.

entendre_2

Elections professionnelles AEFE, MEN : je vote SNES-FSU !

rond_rouge_vote_snes-fsu_2_petitSituation sans précédent, les élections professionnelles ont lieu désormais en même temps pour les trois versants de la fonction publique (Fonction Publique d’État, Fonction Publique Territoriale, Fonction Publique Hospitalière) et détermineront la représentativité des organisations syndicales pour les quatre ans à venir. Pour la défense individuelle et collective des personnels, les enjeux sont donc de taille !

Nous sommes appelés à participer à quatre scrutins :

ELECTIONS A L’AEFE

Vote papier dès réception du matériel de vote jusqu’au 4 décembre 2014 – 11 heures (date limite de réception des votes CT et CCPC à Nantes et du vote CCPL à Madrid) :

rectangle_bleu_vote_snes-fsu_5 Commission Consultative Paritaire Locale (CCPL-2 Espagne)* : SNES-FSU, bulletin couleur bleue, enveloppe bleue

rectangle_vert_vote_snes-fsu_5– Commission Consultative Paritaire Centrale (CCPC) : SNES-FSU, bulletin couleur verte, enveloppe blanche avec titre vert

rectangle_rouge_vote_snes-fsu_6– Comité Technique (CT) : FSU, bulletin couleur blanche, enveloppe blanche

.

* : ont siégé en CCPL-2 Espagne pour les syndicats de la FSU lors du dernier mandat :               Christine ARRIETA, Jean-Pierre DI SALVO, Emmanuelle GAUTHIER, Daniel MICHEL, Francisco MIRONES, Jérôme NASSOY, François RALLE, Jean-Baptiste RIBET 

ELECTIONS AU MEN

Vote électronique du jeudi 27 novembre au jeudi 4 décembre 2014 – 17 heures :

rectangle_orange_vote_snes-fsu_5– Commission Administrative Paritaire Nationale (CAPN) : SNES-FSU, en un clic !

.

NB : pour pouvoir voter aux élections du MEN par voie électronique, il est nécessaire d’activer dès maintenant sa messagerie professionnelle créée pour l’occasion, puis son espace électeur. C’est très simple si l’on suit le tutoriel en ligne sur le site du SNES hors de France !

Une question ? Contactez le SNES Espagne, snesespagne@yahoo.fr ou le SNES hors de France, elecaefe2014@snes.edu !

A l’AEFE, dans l’Education et dans toute la Fonction Publique, on vote FSU !

Le SNES HDF et le SNES Espagne ont organisé une tournée dans les principaux établissements de l’AEFE en Espagne.

Heure d’info syndicale à BARCELONE et rencontre avec la Proviseure

15 participants

Le SNES HDF fait un rappel sur les élections professionnelles dans le cadre de l’AEFE. Le SNES est avant tout un syndicat de terrain qui recherche l’information au plus près des réalités vécus par les collègues. C’est pourquoi il s’est attaché à ce que toutes les sections locales dans tous les pays déposent en main propre des candidatures aux CCPL.

 

Le SNES Espagne intervient sur le recrutement des résidents : C’est la note pédagogique qui domine dans le mode de recrutement des résidents en CCPL Espagne, critère qui a le mérite d’être clair.

Nous sommes aldroits_2ertés sur les conditions de tenue de l’heure d’information syndicale notamment l’interdiction pour les recrutés locaux d’y assister sauf des TNR qui ont l’autorisation de la Proviseure. Celle-ci nous objecte qu’elle a des parents en face d’elle. En réalité elle se plaint de la situation du primaire qui lui laisserait 900 enfants sur les bras. Elle ajoute que pour ceux qui participent, la nouvelle circulaire impose de prévenir 48 heures à l’avance. Ceci n’est pas conforme aux pratiques syndicales selon le SNES et cette instruction n’est pas nécessaire, les personnels prenant toujours soin d’avertir leurs élèves voire la vie scolaire.

Selon le SNES l’offre de formation continue est insuffisante : il y a pour les personnels de direction, autant de stages que pour le second degré.

La Proviseure nous indique que ce sont des échanges budgétaires, que le comité de pilotage de la mutualisation recueille les avis des conseils d’enseignement. Le gros souci provient du fonctionnement des établissements et du fait que les gens ne travaillent pas en même temps. Il faut beaucoup de temps pour obtenir toutes les remontées. De plus les académies partenaires n’ ont presque plus d’offre de formation. Le SNES fait remarquer que contrairement aux engagements de l’Agence, tous les documents de formation continue ne sont pas forcément transmis en CE. Nous demandons une meilleure consultation des collègues pour l’élaboration du plan régional de formation notamment en ayant communication de l’ensemble des demandes de stages et des raisons qui ont conduit le CPM à écarter certaines demandes.

Au sujet de la suppression du poste de conseillère d’orientation sans concertation l’année dernière alors que c’est le seul poste pour l’Espagne, la Proviseure reconnaît que c’est regrettable. Cette décision s’est prise au sein du CPM et donc sans consultation des enseignants.

Sur les suppressions, le SNES fait remarquer que l’Agence continue de supprimer les postes correspondant à des départs en retraite et que la feuille de route a été rendue sans consultation des organisations syndicales. La Proviseure nous renvoie la demande de la Directrice de « rendre » 3 postes sur 4 ans dans les gros établissements. Ces prévisions ne nous ont pas été transmises par la Directrice ! Mais elle précise qu’elle veillera à ce que les TNR puissent garder un débouché dans l’établissement. C’est un aménagement mais qui n’est pour le SNES qu’un pis aller. Lorsque nous lui faisons part de l’instruction donnée par l’Agence de ne pas dépasser 2 % d’augmentation de masse salariale, la Proviseure nous annonce qu’elle fera 1 % pour les recrutés locaux. Les intéressés sont les plus à même d’apprécier.

Sur l’avantage familial qui n’est pas ajusté en cette rentrée au nouveau montant des frais de scolarité, le SNES rappelle qu’il demande une exonération du différentiel facile à obtenir faute de quoi il donnera aux collègues le conseil de ne pas payer ce différentiel.

Heure d’info syndicale à BILBAO et entretien avec la Proviseure

9 collègues étaient présents tous désireux de faire part des mauvaises relations avec la Proviseure notamment en ce qui concerne une collègue pour laquelle un problème de handicap devrait être pris en compte dans son emploi du temps et dans l’attribution de ses classes. Or il ne l’est pas et cela vient s’ajouter à l’impossibilité d’obtenir une mi-temps thérapeutique à l’Agence.

L’autre gros souci dcadre_admin3ans ce collège est l’obligation faite par le chef d’établissement d’assure des remplacements de collègues en mission ce qui pour le SNES est en dehors de leurs obligations réglementaires et à tout le moins mériterait rémunération mais ce qui selon la Proviseure est due. Aujourd’hui la question est réglée car ses remplacements sont assurés sur la base du volontariat et ne sont plus obligatoires grâce à la mobilisation des collègues sur place. La même Proviseure reconnaît lors de l’entretien qu’elle suivra leurs décisions.

Dans cet établissement de 1006 élèves avec un tiers de résident dans le secondaire, la Proviseure-adjointe de l’établissement est une recrutée-locale (RL) faisant fonction et qui, par conséquent n’appartient pas au corps des personnels de direction. Si on peut entendre comme l’explique la Proviseure que les RL ont une expérience qui peut être profitable à l’établissement, il n’en reste pas moins que les collègues détachés s’interrogent à juste titre sur l’autorité que peut avoir sur eux cette collègue. Même si les rapports entre elle et les collègues sont bons, le SNES défend le principe qui veut qu’un poste de direction soit occupé par un personnel de direction titulaire dans ce corps.

Selon la Proviseure, la composition du CE ne serait pas conforme à la circulaire des instances. Il n’en est rien et ce sont 5 sièges qui doivent être attribués au personnel enseignant comme le confirmera le SCAC suite à une intervention du SNES Espagne.

Heure d’info syndicale à VALENCE et entretien avec le Proviseur

Toujours dans le cadre drevaloriser_2es préoccupations électorales qui sont les nôtres, les collègues nous parlent de l’absence à l’AEFE de certains droits pourtant statutaires : les indemnités des COPSY, des professeurs documentalistes et des CPE mais aussi l’impossibilité réglementaire d’obtenir à l’agence mi-temps thérapeutique ou mi-temps annualisé. Ils évoquent aussi l’absence de visite médicale pour les résidents.

Rencontre Proviseur

Le Proviseur nous confirme qu’on attend une décision interministérielle sur les postes ( voir aussi à ce propos le compte-rendu de l’entretien avec la Directrice). Le Proviseur affirme lui aussi qu’il n’y a pas de sur-dotation en postes et s’inquiète d’éventuels coupes sur ceux occupés par des collègues partant en retraite à la fin de l’année ( 2 dans le secondaire). La Directrice a limité l’augmentation des frais de scolarité à 3 % ( 2% à Valence), celle de la masse salariale à 2 % et 0% sur le fonctionnement. Les effectifs de classe ont augmenté. Selon lui, l’Agence veut reprendre 12 postes sur 3 ans dans les EGD. A Valence les effectifs de classe ont augmenté cependant l’établissement a supprimé 3 postes ces dernières années.

Malgré tout, le Proviseur se félicite du travail sur l’attractivité de l’établissement à l’entrée et à la sortie. Les personnels et l’administration ont tous œuvré dans le même sens. Les effectifs montent pour atteindre 1950 élèves aujourd’hui alors qu’ ils étaient menacés en lycée. Tout le monde s’en réjouit . Un travail de fond a été fait sur l’orientation.

Heure d’info syndicale à MADRID et rencontre avec le Proviseur-adjoint

13 présents

Le SNES revient sur sa conception d’un syndicalisme de participation et de lutte sans laquelle aucun progrès n’est envisageable. Les collègues présents savent bien ce qu’ils doivent à l’action quand ils se souviennent de l’augmentation de l’ISVL qu’ils ont obtenu pour l’Espagne, il y a 2 ans.

Ils estiment que les rapports avec les parents ne sont pas simples et se plaignent d’un interventionnisme aigu de leur part.

Sur la question des relations entre les recrutés locaux et les résidents, il est évident selon eux que les détachés sont une référence haute et qu’ils doivent le rester en matière de salaires et de droits. Ce qui n’empêche pas, bien au contraire d’avoir une plate forme commune entre locaux et détachés.

droits_2Nous rencontrons le Proviseur-adjoint notamment sur la question de la majoration de service qu’il veut appliquer à une collègue dont il dit qu’elle a des groupes de moins de 10 élèves. Pour le SNES, tant que les décrets de 1950 sont encore en vigueur, la majoration de service pour plus de 8 heures de cours avec des classes de moins de 20 élèves ne s’applique pas quand il s’agit précisément de groupes et non de classes.

Bonne rentrée 2014 à toutes et tous !

cadre_admin3En ce début d’année scolaire, le SNES Espagne vous souhaite une très bonne rentrée. Vous pouvez télécharger ici le bulletin de rentrée dont voici la première page :

Priorité à l’éducation ?
On pourrait se réjouir de l’annonce du maintien de la priorité à l’éducation avec la confirmation de la création de 54 000  postes dans le 1er et 2nd degré sur l’ensemble du quinquennat mais ne nous y trompons pas les améliorations réelles ne seront que très relatives. Tout d’abord parce que ces postes ne compenserons pas complètement ceux supprimés lors du quinquennat précédant. Ensuite, nous observons depuis plusieurs années maintenant une crise profonde de recrutement :  21,5 % des postes ouverts aux concours n’ont pu être pourvus faute d’un vivier suffisant de candidats, les objectifs annoncés ne pourront donc qu’être difficilement tenus. Enfin, la hausse démographique actuelle entraîne malgré ces créations de postes une hausse significative du nombre moyen d’élèves par classe au collège et maintenant en seconde, ce qui participe à  une dégradation très sensible des conditions de travail.
Si on ajoute à cela l’annonce du maintien du gel point d’indice jusqu’en 2017, on n’a aucune raison de se réjouir…

L’actualité syndicale du SNES à l’AEFE et en Espagne :
À l’étranger, le constat est pire encore puisque la « priorité à l’éducation » n’aura jamais existé. L’année aura été marquée par les déconventionnements de Mexico et Agadir. En Espagne la grève intersyndicale initiée par les syndicats de la FSU lors de la venue de la Mme la Directrice de l’Agence a été massivement suivie et a permis de limiter le nombre de suppressions de postes  et d’avoir l’engagement de l’élaboration d’une feuille de route pour l’avenir du réseau. Depuis cette annonce plus rien ! Doit-on en conclure que cette année encore, chaque départ prévisible de collègues résidents donnera lieu à suppression du support alors même qu’on nous annonçait que nos établissements n’était pas « sur-dotés »? Nous exigerons dès la rentrée la communication de la feuille de route  et n’hésiterons pas, si nécessaire, à mobiliser les collègues pour la défense d’un réseau de qualité à mission de service public.

defendre_2

 

Participer à la vie du SNES en Espagne, c’est affirmer activement son appartenance à des principes républicains communs d’enseignement et veiller à une pratique toujours améliorée de notre métier dans l’intérêt de l’élève.

Lettre des commissaires paritaires du SNES en Espagne à Mme la Directrice de l’AEFE

Madame la Directrice,

Les commissaires paritaires SNES souhaitent dénoncer le déroulement de la CCPLA2 portant sur le recrutement des personnels résidents pour la rentrée 2014.

Le non-respect du barème, pourtant décidé par l’administration elle-même, a donné lieu au déclassement d’un candidat ex-recruté local qui bénéficiait de la priorité de lauréat de concours de la fonction publique, au profit d’un candidat en situation de rapprochement de conjoint d’un expatrié du Ministère des affaires étrangères. Les commissaires paritaires SNES estiment qu’il s’agit là d’un passe-droit. Une telle décision est par ailleurs contraire à la politique de ressources humaines affirmée par l’Agence qui, en plaçant en priorité les ex-recruté locaux lauréats de concours, incite les personnels sur contrat local à passer les concours de la fonction publique ; la réussite à ces concours constitue une reconnaissance de l’expertise acquise dans les établissements français à l’étranger. Après le vote partagé de la CCPL, c’est l’Agence qui a arbitré en faveur de la candidature du conjoint d’expatrié sans commentaire. Nous vous demandons expressément une explication sur cet arbitrage.

Nous dénonçons également le traitement par l’administration des candidatures des collègues du lycée franco-mexicain. Aucune mesure de bienveillance n’a été accordée dans la quasi totalité des cas, alors même que des propositions de postes étaient possibles et que ces candidats avaient joint à leur dossier le courrier nominatif de l’Agence indiquant que leurs candidatures seraient examinées avec « bienveillance ». Là encore, suite au vote partagé de la CCPL, l’Agence a systématiquement arbitré contre les propositions des représentants des personnels sans explication de ses choix.

Nous regrettons enfin que 5 commissaires sur 10 aient dû quitter la CCPL avant la fin de la séance : la convocation ne prévoyait que 2 heures de réunion alors que la profondeur des désaccords a nécessité plus de 5 heures de débats. La convocation d’un Conseil d’établissement important le même jour par un membre de l’administration l’a contraint à quitter la séance prématurément. C’est inacceptable car cela empêche certains membres d’exercer leur rôle jusqu’au bout et démontre une certaine légèreté face au respect du paritarisme et au rôle des commissaires paritaires.

La lettre en format pdf

réponse de Mme la Directrice

Pétition des personnels adressée à Mme la Directrice suite à la CCPL

Réaction suite à la réponse de Mme la Directrice